dimanche 23 décembre 2018

Les secrets toxiques dans les garde-robes d'hiver/garnitures en fourrure animale.

https://www.actasia.org/wp-content/uploads/2018/11/Toxic-Fur_6.pdf

The toxic secrets in winter wardrobes


ACTAsia has just published new research providing evidence that a significant sample of animal fur produced in China contains illegal and potentially dangerous levels of toxic chemical residues.

ACTAsia vient de publier une nouvelle étude prouvant qu'un échantillon important de fourrures d'animaux produits en Chine contient des concentrations illicites et potentiellement dangereuses de résidus de produits chimiques toxiques.

 

You might be familiar with some of the poisons we found in fur-trimmed hoods for children and adults, and a key ring fur pom-pom too, all bought in China:
  • formaldehyde
  • chromium
  • alkyophenol ethoxylates
  • azo dyes
  • chlorinated phenols

These chemicals were found in fur products at up to 250 times legal limits.
 Vous connaissez peut-être certains des poisons que nous avons trouvés dans les capuches en fourrure pour enfants et adultes et un porte-clés en fourrure également acheté en Chine:

     formaldéhyde
     chrome
     éthoxylates d'alkyophénol
     colorants azoïques
     phénols chlorés


Ces produits chimiques ont été trouvés dans des produits en fourrure jusqu'à 250 fois les limites légales.

Watch our film to find out how China's fur industry presents a serious risk to human health
The toxins found are well-known for being Carcinogenic, Mutagenic or Toxic for reproduction (CMR) – and their use was forbidden last month by new regulations from REACH, the European Union’s Registration, Evaluation, Authorisation and Restriction of Chemicals, which will come into force in 2020. Although these were samples purchased and produced in China, we know that plenty of fur from China ends up on high streets in Europe, the US and Australia. 
The fur industry likes to promote itself as 'natural' and environmentally friendly, glossing over the use of chemicals in production. The International Fur Federation simply states: “All chemicals used in the dressing of fur are regulated to ensure environmentally responsible practices.”

Les toxines trouvées sont bien connues pour être cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction (CMR) - et leur utilisation a été interdite le mois dernier par les nouvelles réglementations de REACH, l'enregistrement, l'évaluation, l'autorisation et la limitation des substances chimiques de l'Union européenne. vigueur en 2020. Même s’il s’agissait d’échantillons achetés et produits en Chine, nous savons qu’une grande partie de la fourrure en provenance de Chine se retrouve dans les rues commerçantes européennes, américaines et australiennes.

L'industrie de la fourrure aime se présenter comme «naturelle» et respectueuse de l'environnement, négligeant ainsi l'utilisation de produits chimiques dans la production. La Fédération internationale de la fourrure déclare simplement: «Tous les produits chimiques utilisés dans le traitement de la fourrure sont réglementés pour garantir des pratiques respectueuses de l'environnement.»



On the back of our research, professors and doctors of international standing are calling for governments to ban the use of toxic chemicals in the production of clothing and accessories.

Our external advisor Professor Jacob de Boer commented, “Fur trim attached to the hood of an infant jacket is near the child’s face and mouth where chemical substances may be directly absorbed through the skin into the blood of children. These chemicals find their way through the body, are stored in fat cells and may still exhibit chronic effects such as endocrine disruption twenty years later.”

ACTAsia has been working for more than a decade to educate the public and retailers in China about the implications of wearing fur on animal welfare and the environment, and now also on human health. As the world’s largest fur-producing and consuming country, China has less stringent legislation than Europe, the US or Australia, presenting an enormous risk to its own domestic market, as well as its substantial market overseas.

ACTAsia’s CEO, Pei Su, said “This gives consumers yet another reason to steer clear of real animal fur in fashion. The argument against animal cruelty stands more than ever, but we hope these findings about potential toxic damage to the consumer will help to convince the public in China to live a Fur-Free life and become compassionate consumers."
Please pledge to live a Fur-Free life, and help us by sharing the toxic truth behind China's fur industry.

Sur la base de nos recherches, des professeurs et des docteurs de renommée internationale demandent aux gouvernements d'interdire l'utilisation de produits chimiques toxiques dans la production de vêtements et d'accessoires.

Le professeur Jacob de Boer, notre conseiller externe, a commenté: «La garniture en fourrure attachée à la capuche du blouson est située près du visage et de la bouche de l’enfant, où les substances chimiques peuvent être directement absorbées par la peau dans le sang des enfants. Ces produits chimiques traversent le corps, sont stockés dans des cellules adipeuses et peuvent encore présenter des effets chroniques tels que des troubles endocriniens vingt ans plus tard.

ACTAsia œuvre depuis plus de dix ans pour sensibiliser le public et les détaillants en Chine aux conséquences du port de fourrure sur le bien-être des animaux et l'environnement, ainsi que sur la santé humaine. En tant que plus grand pays producteur et consommateur de fourrure au monde, la Chine a une législation moins stricte que l’Europe, les États-Unis ou l’Australie, présentant un risque énorme pour son propre marché intérieur ainsi que pour son important marché outre-mer.

Le directeur général d'ACTAsia, Pei Su, a déclaré: «Cela donne aux consommateurs une raison supplémentaire de se débarrasser de la vraie fourrure d'animaux à la mode. L'argument contre la cruauté envers les animaux est plus que jamais d'actualité, mais nous espérons que ces découvertes concernant des dommages toxiques potentiels pour le consommateur contribueront à convaincre le public chinois de vivre sans fourrure et de devenir un consommateur compatissant. "

Engagez-vous à vivre une vie sans fourrure et aidez-nous en partageant la vérité toxique qui se cache derrière l'industrie de la fourrure en Chine.

Aucun commentaire: